dimanche, mai 01, 2005

L'étude...

. Introduction

Le blog, consacré « mot de l'année » 2004 par le dictionnaire américain Merriam-Webster, est le petit dernier dans la lignée des phénomènes Internet. On compterait environ actuellement 30 millions de blogs sur la toile mondiale dont 2 millions en France. Ce nouveau média explose en ce moment dans tous les domaines, de la culture au business, des sujets les plus personnels aux plus pointus professionnellement. Nous assistons à une réappropriation du web par les internautes qui deviennent autant producteurs que consommateurs d’informations.
Le blog est un outil permettant de publier, sans connaissance technique, tout type de contenu sur Internet. Derrière cette apparente simplicité, est né un véritable phénomène puisque des millions de blogs ont déjà été créés à travers le monde traitant de tous les sujets, créant de véritables médias proposant une information complémentaire voire alternative aux médias traditionnels.

Face à l'usage répandu de l'Internet dans les sociétés occidentales, il nous a semblé légitime d'évoquer un sujet peu abordé, à savoir l'utilisation massive des blogs Internet. En effet, leur utilisation est relativement récente dans la sphère Internet… Il nous est donc apparu intéressant de spécifier de quoi il en retourne, d’expliquer et de montrer quel est leur intérêt, et surtout d’explorer le thème du contrôle de contenu de ces nouveaux outils de communication.

Il nous a aussi paru opportun, afin d'illustrer notre recherche, de créer notre propre blog et de l'utiliser comme support de présentation pour notre travail. Nous avons décidé de permettre aux internautes consultants notre page blog de réagir et d'émettre des commentaires.
L’adresse de notre blog est la suivante : http://maujo.blogspot.com


I) « Weblog for dummies »


· Définitions

. Courte historique des blogs :

Les premiers blogs ont été lancés entre 1994 et 1998. En 1997, Jorn Barger commence à employer le mot « weblog » pour se référer à son journal en ligne, Robot Wisdom, et d'autres auteurs des sites semblables au sien ont suivi le mouvement. Le blog de Justin Hall, Links from the Underground, remonte à 1994 (Bausch, Haughey, et Hourihan, 2002). Le livre de Bausch, Haughey, et de Hourihanm, ainsi que l’essai de Rebecca Blood We’ve Got Blog: How Weblogs Are Changing Our Culture, décrivent l'explosion du blog quand, en juillet 1999, plusieurs outils de gestion sans-frais et faciles à utiliser de contenu de weblog ont été lancés: Pitas®, Blogger®, et Groksoup®. Avant que les outils n’apparaissent, la plupart des blogueurs étaient des concepteurs web, des concepteurs de logiciel, et des informaticiens, et l’entretien d’un blog nécessitait des connaissances approfondies en langage hypertexte (HTML) et des outils de Java®.
Les nouveaux systèmes de gestion de contenu de blogs ont rendu l’utilisation de blogs plus facile que celle du courrier électronique, ce qui a permis à beaucoup de gens de divers niveaux de compétence informatique de créer et de maintenir un blog.
Evan Williams, le Co-créateur de Blogger®, adresse la croissance de la popularité des blogs en 2001 dans une entrevue avec Giles Turnbull dans We’ve Got Blog :

« Pendant les premiers mois [ après le lancement de Blogger® ], nous avons eu de 10 a 20 nouveaux utilisateurs par jour. Nous avons lancé une nouvelle version en novembre 1999, après quoi nous avons obtenu un afflux relativement grand et étions jusqu'environ à 2.300 utilisateurs vers la fin de l'année. L'année dernière, nous avons eu en moyenne 20 à 40 % de croissance par mois, et cela continue aujourd'hui. En date d’aujourd’hui, il y a 117 970 utilisateurs enregistrés. 19 582 ont créé leur blog début janvier ».

Avec l'introduction de nouveaux systèmes de gestion du contenu faciles à utiliser, la popularité des blogs a proliféré. Les attaques terroristes de 9 septembre 2001 ont également stimulé nombres de gens à commencer des "warblogs."
Un contributeur significatif à la popularité du blogging est Salam Pax, l'architecte irakien qui a commencé le blog maintenant célèbre, Where is Raed? En septembre 2002, Pax a commencé son blog quotidien sur la vie à Bagdad post-9/11, dans lequel il a ouvertement critiqué le régime de Saddam. Le blog de Pax a attiré un lectorat venant de la planète entière ainsi que beaucoup d’attention des médias, ce qui a contribué à lancer une compréhension publique de la puissance du blogging.


. Définition sommaire: en quoi les blogs consistent-ils?

De façon très synthétique, un « blog » (ou « weblog ») est un site Web personnel composé essentiellement d’actualité (ou « billets »), publiés au fil de l’eau et apparaissant selon un ordre ante-chronologique (les plus récentes en haut de page), susceptibles d’être commentées par les lecteurs et le plus souvent enrichies de liens externes.


. Définition plus détaillée : qu’y trouve-t-on réellement ?

Historiquement, les premiers blogs se composaient de listes de liens commentées. Puis apparurent diverses sortes de « journaux personnels » publiés sur le Web. Créés par de « simples » internautes, ils se composaient d’entrées rédigées au gré des humeurs, faisant parfois état de la vie privée de leurs auteurs, ou des réactions de ceux-ci à leur environnement (découverte de nouveaux sites, réflexions sur l’actualité internationale ou sur l’évolution d’Internet, coups de gueule…).
Le concept s’est ensuite élargi et on trouve aujourd’hui des blogs de toutes natures.

Certains sont très proches de la notion de « journaux intimes », parfois illustrés de photos, et ne parlent que de la vie – parfois privée – de leurs auteurs. D’autres sont de simples successions quotidiennes de liens externes choisis, avec peu ou prou de commentaires. D’autres encore, au contraire, racontent au fil des jours de longues histoires, avec peu de liens externes. Beaucoup permettent de réagir au contenu publié, et même à chaque billet publié, créant une sorte de forum permanent et multi-thématique.

Beaucoup de blogs sont thématiques, notamment aux Etats-Unis, et consacrés à des sujets précis, parfois controversés, parfois très pointus. Souvent publiés à titre de « hobby » par des spécialistes (experts techniques, avocats, enseignants…), ils alternent données factuelles, actualités piochées sur le Web et prises de position et constituent parfois de véritables magazines unipersonnels.

Dans cette incroyable diversité, on a parfois du mal aujourd’hui à définir où s’arrêtent les limites des blogs. On peut toutefois considérer qu’ils ont en commun :
· Leur caractère « unipersonnel » ou « individuel » : bien que certains blogs soient publiés par plusieurs auteurs, ils sont rarement le fait d’une entreprise, mais d’individus intervenant à titre personnel.
· L’utilisation d’outils dynamiques : par essence, un blog est fréquemment mis à jour et ses archives restent consultables, nécessitant un outil de publication dynamique pour automatiser la gestion du site.
· La liberté de ton : par principe, le blog est un site placé sous la responsabilité de son auteur qui, selon son humeur, peut totalement s’affranchir du « format », tant sur la forme (fréquence des mises à jour, longueur des textes, illustrations…) que sur le fond (actualités, revue de presse, prise de position…)
· L’interconnexion : les blogs contiennent le plus souvent de multiples liens externes vers d’autres sources d’information étayant les propos tenus. Mais ces liens sont aussi souvent dirigés vers d’autres blogs, à propos d’un sujet donné ou de façon fixe, créant une sorte de « maillage inter-blogs ».

Au final, il faut comprendre qu’un blog est à la fois un outil (la plupart des outils de publication de blogs présentent des caractéristiques communes) et une forme d’expression (liberté de ton, diversité des sujets abordés, personnification du blog par son auteur…).


· Lexique du blogging

Voici une suite de termes propres au domaine du blogging, il peut apparaître que ces définitions relèvent d’une volonté de cataloguer un champ lexical particulier ; cependant, il nous a semblé légitime de spécifier un vocabulaire précis qui s’est imposé peu à peu dans l’utilisation quotidienne d’Internet (à noter que les termes entre parenthèses sont les termes originaux anglo-saxons) :

Agrégateur : logiciel ou service en ligne permettant de lire RSS (cf. plus bas), en particulier les derniers billets publiés sur ses blogs favoris.

Billet : Entrée publiée sur un blog. Synonyme de « note » ou d’actualité, au sens large. Le Billet peut se limiter à un simple lien ou une photo, mais se compose le plus souvent d’un texte court enrichi de liens externes. Souvent, chacun des billets publiés peut être commenté par les visiteurs du blog (Post).

Blogeoisie : Contraction de « Blog » et de « Bourgeoisie ». C’est un terme ironique désignant « l’élite » des blogueurs, c’est à dire les blogueurs les connus et les plus populaires (A-List Bloggers).

Bloghost : Entreprise fournissant un service spécialisé dans l’hébergement de blogs, synonyme d’hébergeur de blog, par analogie avec l’hébergement Web.

Blogiciel : Logiciel permettant la publication d’un blog (Blogware).

Blogosphère : Ensemble des blogs existants ou la communauté des blogueurs.

Blogueur : Celui ou celle qui publie un blog (Blogger).

Carnet Web : Synonyme de blog.

Cosmos : Ensemble des blogs ayant établi un lien vers un billet, un blog, ou plus globalement une adresse Web.

Fisk/Fisked/Fisking : Le “Fisking”, en anglais, est l’action de commenter un article ou un post sur un blog, par le biais de critiques réputées logiques, effectués point par point et en général avec une certaine violence verbale en citant des bribes successives de l’article incriminé. On parle parfois de « group-fisking » quand plusieurs commentateurs ou blogueurs s’attaquent conjointement à un article donné.
Le terme a été inventé par Glenn Reynolds, en référence à Robert Fisk, un journaliste anglais capturé et battu par des combattants afghans, avant de prendre fait et cause pour ses geôliers, et de tenir des propos radicalement anti-américains. Ses arguments avaient alors été violemment déconstruits par plusieurs observateurs conservateurs, d’où l’utilisation du terme. (Robert Fisk n’est donc qu’involontairement a l’origine du terme, c’est lui qui a été « fiské », et non le contraire).

Folksonomies : Néologisme, né de la contraction de « Folks » (les gens) et « Taxonomies » (systèmes de classification hiérarchisés). Il désigne tout processus de classification collaborative de ressources, basé sur des mots clés (tags).

Froglog : Blog francophone.

Google Bomb : Technique employée pour améliorer la position d’une page Web dans le résultat d’une recherche fournie par Google.
Le principe consiste à créer de multiples pages Web comportant un lien vers une page donnée, parfois en s’associant entre blogueurs pour le faire.
La popularité d’une page (c’est à dire le nombre de liens pointant vers elle) est en effet l’un des critères retenus par Google pour classer les résultats présentés.

Joueb : Contraction de « Journal Web », parfois synonyme de Blog en référence à l’une des plus anciennes plate-forme française, Joueb.com.

Metablog : Blog lui-même consacré aux blogs, ou au phénomène du blogging (exemple : pointblog.com)

Moblog : Contraction de « Mobile Blog ». Il caractérise un blog pouvant être mis à jour à distance et en restant, par exemple via un téléphone mobile ou un assistant numérique.

MSM : Abréviation de « Main Stream Media », utilisée par les blogueurs anglophones pour désigner les médias traditionnels.

Permalien (Permalink) : Contraction de « Permanent Link », adresse Web de chaque billet publié sur un blog. Le permalink est un moyen pratique de pointer vers un billet donné, sans limitation de durée, même après qu’il soit archivé sur le blog d’origine.

Photoblog : Blog essentiellement composé de photographies, publiées chronologiquement et au fil de l’eau.

Ping : Pour un Blog, c’est l’action d’envoyer un signal vers d’autres sites ou blogs dès que l’on publie un nouveau billet. Plusieurs sites tiennent à jour en permanence et en temps réel la liste des blogs qui les « pinggent ». Ces sites fédérateurs permettent à tout moment de suivre les blogs les plus récemment mis à jour.

Pingback : Méthode qui permet à un blogueur d’être automatiquement informé lorsqu’un lien est établi vers son blog.

Pundit Blog (Pundit) : Blog publié par un expert sur un sujet donné.

RSS (Rich Site Summary) : C’est une méthode de description des actualités publiées sur un site Web. Particulièrement adaptée aux Blogs, elle permet à un utilisateur d’être alerté dès que ses blogs favoris ont été mis à jour. La méthode permet également de « syndiquer » le contenu publié, en permettant –simplement et de façon automatisée – à d’autres sites Web de republier tout ou partie de ce contenu.

Spam de commentaires : A l’instar du spam email, procédé qui consiste à inonder un blog de faux commentaires à caractère publicitaire, postés sans relâche par des « robots spammeurs » (spambots). Un véritable fléau, qui nécessite – pour un blogueur – de se doter d’outils permettant de bannir certains utilisateurs ou d’interdire certaines adresses dans les commentaires.

Syndication de contenu : Procédé selon lequel l’auteur ou l’éditeur d’un site rend disponible tout ou partie de son contenu, pour publication sur un autre site Web. On trouve aujourd’hui de nombreux sites « agrégeant » de façon automatique les actualités publiées par d’autres. Le plus souvent, seul le titre de l’actualité est « syndiqué » et, via un lien hypertexte, il renvoie vers le site d’origine l’ayant publié.

Video blog/Vblog/Vlog : Blog composé de vidéos courtes au format Web.

Warblog : Blog dont le thème principal est la guerre, utilisé surtout pour les reportages de guerre.

Wiki : de l’hawaïen « wiki-wiki », signifiant « vite ». C’est un site Web susceptible d’être mis à jour rapidement par n’importe quel visiteur.


Le lexique du Blog apparaît comme très riche et l’on assiste à l’emploi d’expressions de plus en plus techniques montrant la particularité d’un monde relié par le virtuel, où il existe une manière de faire nécessitant un savoir particulier. Ces différents éclairages du monde du blog permettra au lecteur d’appréhender plus facilement notre étude sur le blogging.


II) Quel est l’intérêt des blogs ?


· Les différents types de blogs :

Cette liste de différents types de blogs est tirée du « guide du blog » sur le site www.over-blog.com.

Le journal intime en ligne
C'est probablement l'utilisation la plus connue et la plus répandue du blog. Il s'agit de publier régulièrement des récits de sa vie, des impressions ou des « coups de gueule ». Les journaux intimes rencontrent un véritable succès car un lien réel se crée entre les lecteurs et l'auteur. C'est le pendant de la télé-réalité, on pourrait appeler cela la web-réalité.

Le photo-blog
Les photo-blogs sont des sites constitués presque exclusivement de photos. Pour les amateurs (ou professionnels) de photographie, un blog est un moyen très simple de mettre en ligne et de partager ses photos. Certains photographient leur quotidien, d'autres explorent un thème bien particulier (les animaux, les portraits, l'urbanisme, etc...), un type de situation ou un type de photo (noir&blanc, panoramas, photos de nuit, effets, etc...).

Le carnet de voyage
Le blog est là aussi l'outil le plus simple et le plus efficace pour donner des nouvelles à ses proches, ou partager le récit d'un voyage au fil de son déroulement, photos à l'appuie. Certains expatriés ou étudiants à l'étranger s'en servent aussi pour donner leurs impressions sur une culture et un monde qu'ils découvrent.

Le blog politique
De plus en plus de personnages de la vie politique ont choisi d'ouvrir et d'éditer un blog pour communiquer simplement et efficacement. Outre l'image moderne et le souci de proximité qui s'associent à cette démarche, c'est aussi une façon très originale de prendre la parole grâce à un média peu formaté, et de pouvoir recueillir des commentaires cela sans avoir de limitation quelconque.

Le blog d'actualité
Nombreux sont les blogueurs qui passent en revue les actualités qui les ont intéressées, en offrant leurs points de vue et leurs analyses. Le blog a l'avantage de permettre un véritable débat, comme sur un forum de discussion.

Le blog du journaliste
Pour un journaliste amateur ou professionnel, le blog est la possibilité d'avoir, très facilement, et gratuitement un espace d'expression totalement libre. A l'inverse d'un journal où chaque journaliste signe, parfois très discrètement, ses articles, un blog sera complètement dédié à une personne. C'est l'occasion de se faire connaître et reconnaître très simplement.

Le Blog passion
Beaucoup de personnes souhaitent partager leur passion sur internet. Ce qui était déjà devenu très courant sur des sites perso devient beaucoup plus simple et vivant grâce à un blog. La facilité avec laquelle se fait la publication d'article, et la possibilité de pouvoir les commenter et les lier à d'autres blogs permet de construire de vrais réseaux et d'établir de vrais contacts entre des personnes qui partagent une même passion.

Le Blog CV
Certainement encore sous-estimé pour cette application, le blog peut devenir un atout professionnel décisif. Mettre en ligne son CV, et construire un site autour de ses compétences, au fil de son expérience, peut apporter une vraie visibilité de son profil. Cela peut aussi être une « signature » très complète qui favorisera la connaissance que peuvent avoir vos interlocuteurs de votre parcours et de vos centres d'intérêts.

Le blog comme outil de communication interne à l'entreprise
Il y a la deux sous applications possible :
Utiliser un blog comme un support à la gestion de projet. Cela permet d'archiver facilement l'ensemble des actions qui ont été menées, de recueillir les commentaires des uns et des autres, et de conserver une lisibilité très claire des interventions de chacun là où le mail peut s'avérer très limité.
Il est aussi utilisé comme outil de communication par les directions qui peuvent ainsi, au quotidien, donner leur point de vue sur l'actualité de l'entreprise. Très efficace pour les gestions de crises !

Le blog comme outil de communication externe à l'entreprise
Rien n'est pire qu'un site web hermétique et sans vie. C'est pourtant le cas de nombreux sites d'entreprises. Il est même parfois difficile de savoir si l'entreprise qui se cache derrière un site est encore en activité ou non. Là encore, un blog peut apporter le dynamisme que l'on attend aujourd'hui d'un site web. Une information régulière et la publication de quelques notes sur l'actualité de l'entreprise permet de mettre en confiance ses partenaires ou ses clients. Un système de blog permettra une publication instantanée, sans faire appel à des compétences informatiques, et sans avoir besoin de faire mettre en ligne des fichiers.



· L’intérêt des blogs:

Comme nous venons de le démontrer, les blogs sont des outils qui peuvent servir à chacun, et dans des situations assez diverses. Pour des individus férus d’actualité, des journalistes en herbes ou professionnels, pour les services de communication d’une entreprise… Regardons plus en détails l’intérêt d’un tel outil dans ces usages variés.

Pour les individus, comme le démontre la variété de blogs possibles, le blog sert tour a tour de journal intime, d’album photo, de défouloir, de site d’actualité ou autre. En général le plaisir de créer une telle chose soi-même et de pouvoir la gérer seul contribue à leur popularité.

Pour les entreprises, ce peut-être une excellente façon d’établir un lien beaucoup plus proche avec ses clients réels et potentiels et quiconque s’intéressant à cette entreprise. Quels sont, concrètement, les avantages de l’utilisation d’un blog en tant qu’outil de marketing ?

Le premier avantage réside dans le fait que cela est un moyen facile d’interagir avec les clients. C’est aussi une source de mise à jour et facile d’accès d’information et d’expertise.
L’interaction qui est propre au blog, grâce aux liens et à la possibilité de répondre aux billets, permet à l’entreprise de recevoir du feedback, incluant des critiques, venant de la part de ceux qui connaissent les services le mieux, les clients.
On peut aussi considérer que le blog permet de redresser l’image de l’entreprise dans une période difficile en expliquant la situation clairement et ouvertement. Dernièrement, le blog permet de simplifier et même d’amplifier la collaboration et les échanges à l’intérieur de l’entreprise, plus particulièrement entre les employés.


Pour les journalistes, le blog est une façon de trouver de l’inspiration, de se tenir au courant des nouvelles dans tel ou tel domaine ainsi que de dénicher de nouveaux sujets d’actualité.
Certains sites permettent aux journalistes, et autres personnes intéressées, de savoir ce qui se dit, ou s’écrit sur les blogs les plus fréquentés sans être obligés de les lire. Ces sites sont des sortes d’index de blogs qui catégorisent les blogs en fonction du nombre de lecteurs et de billets. Les sites les plus fréquentés ou les plus remplis arrivent donc en tête du classement, ce qui permet de repérer facilement les links les plus populaires. De cette façon, les intéressés peuvent aller voir directement de quoi il traite et être au fait des actualités.
Il existe tout un débat sur le lien entre le journalisme et le phénomène du blogging. Certains pensent que l’un va contre l’autre, et que le journalisme traditionnel est en effet en voie de se faire dépasser par des blogs ou l’actualité arrive tout fraîche et au bon moment, contrairement aux dépêches qui prennent toujours un certain temps a être publiées.

Néanmoins, comme nous l’expliquions plus haut, d’autres considèrent que le blogging peut devenir un outil du journaliste, et ces deux techniques forment alors ce qui est désormais appelé du « media collaboratif ».
Regardons de plus près ce phénomène. Les blogueurs passent souvent beaucoup de temps sur Internet, en général leur journée entière. De cette façon, ils sont toujours en mesure de mettre à jour leur blog, ce qui s’avère être un critère crucial pour la popularité d’un blog. Plusieurs blogs présentent donc des actualités, mais surtout des « breaking news », bien avant que les journalistes des grands médias n’aient eu le temps de se mettre au fait, d’écrire, et de publier un article sur le même sujet. C’est dans cette optique que le blog peut se révéler être un outil très utile pour le journaliste. Il peut s’en servir pour repérer les sujets les plus frais, ainsi que les débats qui courent uniquement sur Internet mais qui pourrait gagner à être exposés au grand public.
Le concept du “media collaboratif” repose aussi sur le fait que les blogs constituent tout un réseau d’informations qui sont répertoriées sur plusieurs sites et de façon croisée. Quand une nouvelle apparaît sur un blog, elle peut apparaître dans d’autres blogs en même temps. Parfois les blogueurs se rendent compte de ceci et mettent donc un lien vers une autre page ou l’on traite de ce sujet. En faisant des références croisées vers d’autres articles, le contenu de l’histoire s’affine, des analyses plus précises et détaillées sont construites, ce qui augmente la quantité d’informations sur un sujet particulier.
Les « indices de blogs » comme Blogdex ou Daypop ont été développés pour voir quels sites ont mis des liens qui faisaient références à une nouvelle donnée. Ces indices, ainsi que les références croisées créent la même sorte de communauté virtuelle que dans un forum ou un chat où tout le monde discute du même sujet. L’interconnectivité des blogs est donc un élément crucial du phénomène.

Mais comment les journalistes utilisent-ils les blogs pour construire leurs histoires ?
Voici un schéma qui explique la « New Media Food Chain, using Blogs for Story Ideas », ou la nouvelle chaîne alimentaire des medias, comment utiliser les blogs pour construire des informations ?

The New Media Food Chain
Using Blogs for Story Ideas


Cette analyse a été proposée par John Hiler dans son article intitule « Blogosphere, The Emerging Media Ecosystem », sur le blog « Microcontent News, The Online Magazine for Weblogs, Webzines and Personal Publishing ». http://www.microcontentnews.com/articles/blogosphere.htm


· Le blog comme un espace publique selon Habermas ?

La plupart des débats ou réflexions sur les blogs proviennent de milieux académiques. Quoi de mieux dans cette perspective d’essayer d’évaluer l’intérêt d’un blog comme un espace public selon la définition d’Habermas. C’est exactement ce qu’a fait Andrew O’ Baoill, de l’université de l’Illinois à Urbana-Champaign dans son article « Weblogs and the Public Sphere »
Il prend les trois critères posés par Habermas pour définir un espace public, tel que le principe d’inclusivité qui est la possibilité de participation au débat ouvert à tous, le fait que tous les participants soient considérer comme égaux, ainsi que le fait que n’importe quelle idée puisse être soumise à un débat rationnel jusqu'à l’obtention d’un consensus. Après avoir repérer ces critères minimaux, O’ Baoill analyse la blogosphère en fonction de ceux-ci pour voir si elle correspond vraiment à un espace publique.
En ce qui concerne le premier critère, certains obstacles à la participation générale et universelle sont présents. Il cite les connaissances technologiques, l’investissement en temps et les ressources financières. En effet, le temps qu’il faut pour rester à jour sur un sujet et ce qui se dit sur les blogs est assez considérable et ce sont surtout les étudiants, les académiques ou certains professionnels qui en disposent. Le financement entre en ligne de compte quand il y a effectivement accès à un ordinateur et à une connexion Internet, ce qui n’est pas donné à tout le monde. Finalement, malgré l’apparition des hébergeurs de blogs gratuits, il faut quand même une certaine connaissance de l’Internet, de la blogosphère et de certains outils techniques pour mener à bien et faire connaître son blog.
Le critère d’inclusivité n’est donc apparemment pas valable pour les blogs.

Pour ce qui est de l’égalité des participants dans un débat, c'est-à-dire le fait que leur réputation extérieure n’influence pas leur position dans le débat, on peut ici encore remettre en cause cette idée. On trouve dans ce texte une citation de Eugene Volokh, un blogueur proéminent, qui répond à un nouveau bloggeur se demandant comment faire pour attirer l’attention vers son blog :

« Le blogging est plus une méritocratie que d’autres médias traditionnels, mais il reste difficile de se faire connaître même si votre matériel est très bon. Mes co-conspirateurs et moi avons un avantage : nous connaissons les gros joueurs personnellement et nos titres académiques nous donnent plus de crédibilité. »

On voit aussi apparaître une blogeoisie, une liste de blogueurs de première classe dont les blogs attirent un grand nombre de lecteurs et sont le plus référencés sur d’autres blogs. Bien sûr ces blogs sont généralement plus vieux et plus importants en quantité d’informations. De plus, la couverture médiatique de ces blogs de la liste-A pousse les nouveaux lecteurs à aller voir seulement les blogs les plus connus, renforçant de ce fait le phénomène.
Il est donc malheureux de constater que les participants aux débats ne sont pas tous égaux et cela a un impact réel sur la nature et la direction des débats qui prennent place dans la blogosphère.

Tous les sujets sont-ils susceptibles d’être soumis à un débat généralisé dans la blogosphère ? Concernant ce troisième critère, une des critiques les plus souvent adressée aux blogs est le fait que les sujets traités soient passagers et anecdotiques. Cela est certes compréhensible dans la mesure où, pour garder son blog à jour, il faut rajouter des nouvelles et des billets constamment, en dépit de la qualité ou de la pertinence de l’information. Un site mis à jour régulièrement sera plus attrayant même si le contenu n’est pas toujours de grand intérêt pour les lecteurs. Puisque c’est la nouveauté qui compte jusqu'à un certain point, les billets peuvent être très courts et sans grand suivi, ce qui empêche le débat d’arriver à un consensus comme le voudrait Habermas.
On remarquera aussi que les sujets concernant la blogosphère, la technologie et les blogs eux-mêmes récoltent souvent le plus de liens, ainsi que les sujets d’intérêt général, contrairement aux thèmes géographiquement limités. Ceci est donc une forme d’exclusion. Par contre, on peut noter que le potentiel d’expression libre du blog est souvent atteint par des internautes vivant dans un régime oppressif et qui se servent de leurs blogs pour dénoncer leur condition.
Pour ce critère, encore une fois, l’idéal d’Habermas n’est pas complètement atteint.

On peut donc conclure que les trois critères établis par Habermas pour définir un espace public ne sont pas complètement remplis par la blogosphère. Toutefois, tout espoir n’est pas perdu car de nouvelles technologies d’agrégation et d’index de blogs pourront aider à inverser la tendance. Reste que le blog est un nouveau moyen de communication et d’expression personnelle qui présente relativement peu d’obstacles à son utilisation par une vaste population.


III) La question du suivi de contenu des Blogs


· Une loi pour la confiance dans l’économie numérique

Face à la montée de la réglementation européenne dans l’économie numérique et aux abus et dysfonctionnements croissants de la sphère Internet, la France, après décision du Conseil Constitutionnel, a adopté la loi Fontaine le 20 juin 2004. Le Csa se retrouve désormais face à de nouvelles compétences : le contrôle de la « communication publique en ligne », mais le texte concerne également la responsabilité des hébergeurs de contenus face à des informations « manifestement illicites ». Ces derniers sont contraints de jouer aux censeurs :
· C’est une formule dangereuse qui peut donner lieu à une véritable censure privée, sans jugement, qui inciterait un hébergeur, dans le doute, à censurer sur simple plainte d’un tiers. On a donc prévu une condamnation pour toute dénonciation calomnieuse.
· Il s’agit d’effectuer un minimum de surveillance sur les pages stockées afin d’empêcher la diffusion de contenus racistes ou ayant un caractère pédophile.

Cependant, qu’en est-il des Blogs Internet ? Il semble qu’il n’y ait pas de dispositions particulières quant au contrôle de contenu et à la légalité des pratiques sur les blogs. Certains faits montrent que l’on ne peut faire confiance aux utilisateurs même de blogs, notamment du fait qu’ils ont envahi les préoccupations des plus jeunes. Dès lors, quelles mesures mettre en œuvre pour éviter toutes dérives ?


· Les dérives des blogs adolescents

On parle beaucoup actuellement des dérives de certains blogs d’adolescents qui insultent leurs professeurs, publient des photos prises à leur insu… Ces dérives sont un bon exemple de la question de l’identité numérique. En effet, désormais n’importe qui peut écrire ou diffuser ce qu’il veut en ligne et on peut ensuite le retrouver au hasard d’une recherche sur Google par exemple en tapant son nom. C’est pourquoi d’ailleurs, il est bon de prendre les devants et d’affirmer si on souhaite sa présence, ses idées sur Internet.

Mais il faut revenir au cas particulier des adolescents. Pour la plupart, ils ne se rendent tout simplement pas compte que le blog est un média public, qu’il existe une vraie différence entre échanger des propos sur messagerie instantanée, par téléphone et les publier sur un blog. Sur un blog, on s’adresse potentiellement au monde entier. La différence est de la même nature que celle que l’industrie du disque s’est prise au visage sans la comprendre lorsque la copie pirate entre amis, qui a toujours existé, est passée au stade industriel grâce aux réseaux « peer to peer » où on se retrouve soudainement avec des millions d’amis qui prêtent leur discothèque.

D’un point de vue purement psychologique, le blog peut en effet représenter un espace où exprimer librement sa créativité, voire, sur un autre registre, un défouloir. En effet, être en ligne a un effet désinhibant. Cette désinhibition est liée pour John Suler (« The Online Disinhibition Effect », in The Psychology of Cyberspace) aux facteurs suivants :

· Anonymat : le blogueur a la possibilité de prendre un faux nom. Ainsi, les pseudos sont fréquents.
· Invisibilité : le blogueur n’est pas en situation de face à face avec son public.
· Asynchronisme : l’écriture et la lecture du blog ne se font pas nécessairement au même rythme ou aux mêmes heures.
· Nivellement : dans les contacts établis via l’Internet, les différences et les écarts, tout de suite visibles dans le même réel, disparaissent. Chacun a les mêmes possibilités de s’exprimer.

Avec la médiatisation de ces sanctions contre les lycéens (blâmes, exclusions temporaires de l’établissement, renvois définitifs…), ces derniers devraient peut être réaliser davantage l’aspect public de leurs productions bloguiennes. Mais ces sanctions sont-elles suffisantes ? Une réglementation plus particulière est-elle nécessaire ?

Donc, le comportement des adolescents:
· Ou ils seront plus sage, conscients que l’anonymat et l’invisibilité ne les mettent en fait pas autant à l’abri que ce que la solitude devant leur écran pouvait leur laisser penser.
· Ou ils vont prendre davantage de précautions pour continuer de diffuser leurs propos tout en se dissimulant davantage (ouvrir des blogs aux USA pour profiter de la complexité juridique, utiliser des pseudos et plus généralement ne pas donner d’éléments permettant d’être reconnu).


· Le choix de la « modération »

Dans une dépêche AFP intitulée : « Les Blogs : des services rentables pour les opérateurs mais à modérer », on apprend que le service Skyblog suit de près les contenus diffusés mais sans modération à priori, alors que d’autres services comme Nioki, revendiquant 1 million de membres ou encore Freever qui anime des services pour Vodafone modèrent tout à priori, c’est à dire que rien n’est publié sans avoir été contrôlé (c’est en tout cas ce qu’ils affirment).

Ce dernier choix de la modération des notes publiées sur des blogs à priori signifie, pour être bien clair, que rien de ce qui est écrit n’est publié si cela n’a pas été relu. Les prestataires ou opérateurs gérant leurs plateformes sont totalement libres d’appliquer les règles de leur choix et les utilisateurs de les accepter. Qui sont ces prestataires pour exercer ce type de contrôle, qui peut rappeler davantage les pratiques des régimes totalitaires qu’autre chose parfois. Un média (exemple : Le Monde, Libération) aurait des raisons s’il propose l’ouverture de blogs consultables depuis son site d’éventuellement modérer certains billets avant de les proposer sur le site car il peut avoir une responsabilité éditoriale d’ordre moral et professionnel. C’est sa crédibilité en tant que source d’informations qui est engagée. Mais lorsque ce que l’on vous fournit comme service n’est que l’outil de publication, on peut se demander quel est l’intérêt de se faire contrôler. Surtout, cette modération repose sur des règles qui ne sont pas légales, c’est à dire que la personne qui juge les contenus pouvant ou non être mis en ligne n’a certainement pas les compétences pour juger de la légalité ou non du contenu. Seul un juge ou un professionnel du droit a les compétences pour savoir si un contenu est légal ou non (et encore le professionnel peut connaître certaines difficultés à établir la légalité de certains contenus), le jugement d’un fournisseur de service est donc de nature différente, c’est en ce sens qu’il est illégal. A nouveau, les prestataires et opérateurs ont parfaitement le droit de faire ce choix, mais il ne faut pas qu’ils viennent ensuite expliquer que l’outil mis à disposition est un formidable outil d’expression car un tel contrôle ne permet pas de le dire.

En principe, un fournisseur de service de blogging doit avoir des éléments permettant d’identifier ses utilisateurs ; ainsi, en cas de problème, il remet les éléments d’authentification à la justice qui dans une démocratie est là pour juger. Il est important que les utilisateurs sachent clairement que certains services ont décidé pour ne prendre aucun risque de tout verrouiller (ils en ont le droit et la nouvelle loi votée en 2000 est floue à leurs yeux), tandis que d’autres fournissant des véritables outils d’expression et s’en remettent aux lois en vigueur et non à des armées de big-brother privés pour le contrôle des contenus. Le deuxième choix est parfois difficile à tenir, il est courageux, les plateformes de blogging qui le font, notamment Skyblog, peuvent en être félicités. C’est elles qui font des blogs un formidable outil d’expression et pas seulement un service de plus dans leur catalogue.


· Conclusion

Comment alors définir la blogosphère (le cyber-univers des blogs) pour pouvoir prédire son futur ?

Dans l’article « Blogosphere, the emerging media ecosystem » , Glenn Reynolds, concepteur de instapundit.com, compare la blogosphère à un nouveau type de café, comme ceux qui ont eu tant d’importance au XVIIIème siècle. Ces cafés avaient permis des discussions entre intellectuels et par conséquent l’émergence de plusieurs nouveaux courants de pensée, d’art et de littérature.
La blogosphère a toutefois quelques avantages par rapport aux cafés européens. Ils ne sont pas situés géographiquement donc n’importe qui peut y avoir accès, il n’y a pas de barrière de langue car des outils de traduction sont maintenant de plus en plus accessibles sur Internet, et de plus n’importe qui avec une connexion Internet peut rajouter son grain de sel au débat !

Mais l’importance de ce phénomène est-elle réellement à la hauteur de la réputation construite par les médias ? Certains pensent qu’en réalité les blogs restent largement inconnus, et que leur popularité a été gonflée par les médias, et par les blogueurs eux-mêmes.
Un récent rapport du Pew Internet and American Life Project indique que seulement entre 2 et 7% des américains utilisent Internet régulièrement. Par contre, ce qui est plus intéressant est le fait que 11% de ces mêmes américains disent visiter des blogs quotidiennement. Si l’on considère le fait que les blogs n’ont pas de stratégies marketing, il est quand même étonnant qu’ils récoltent un lectorat aussi grand.

Dans la littérature sur la blogosphère, la plupart des auteurs s’accordent à dire que les blogs ne sont pas que des outils de communication en ligne mais plutôt ouvrent de nouvelles possibilités d’utiliser Internet comme un espace rhétorique.
Les adeptes clament que le blog est un nouveau mode d’expression qui permet à n’importe qui d’être entendu et qui résiste aux modes hiérarchiques de diffusion et de communication de l’information. Tandis que ce modèle égalitaire idéaliste de l'Internet a souvent été critiqué, nous trouvons de la valeur dans le pouvoir des blogs à renoncer à l'institutionnalisation des pratiques communicatives et d'offrir des espaces d’expression collectifs, de collaboration à travers des commentaires sur des articles, des références croisées et des liens entre blogs.
De cette façon, les blogs participent au développement de nouvelles pratiques culturelles de communication en ligne par rapport aux modes de fonctionnement précédemment établis de la propriété, des droits d'auteur, de la légitimité du contenu et de l'accès à l'information.

Leur importance ne saurait diminuer dans le futur, car leur apparition semble dans la continuité naturelle de l’évolution de communication informatique de nos jours.




· Bibliographie


· Gardner, Susannah, Buzz Marketing With Blogs for Dummies, Wiley Publishing Inc, 2005m USA
http://blog.qumana.com/buzzmarketingblogs_ch01.pdf

· McGann, Rob, The Blogosphere By the Numbers, November 22, 204.
Sur le site Click Z Statm Traffic Patterns,
http://www.clickz.com/stats/sectors/traffic_patterns/article.php/3438891

· O’Baoill, Andrew. "Weblogs and the Public Sphere." Into the Blogosphere: Rhetoric, Community, and Culture of Weblogs." Ed. Laura J. Gurak, Smiljana Antonijevic, Laurie Johnson, Clancy Ratliff, and Jessica Reyman. June 2004. .
· Pointblog.com, l’ABC du blogging,
http://www.pointblog.com/abc/dfinition_du_blog.htm

· Glaser, Marc, The Future of Blogs, AOL and Tablet PCs, 30-12-2002
USC Annenberg, Online Journalism Review :
http://www.ojr.org/ojr/glaser/1041318193.php

· Chaverou, Eric,Un blog toutes les 6 secondes, Radio-France, info-multimedia,
http://www.radiofrance.fr/reportage/laune/?rid=115000094#anc1

· Froomkin, A. Michael, Harvard Law Review, Volume 116, Janvier 2003, numero 3, “Habermas@discourse.net, Towards a theory of Cyberspace”
http://www.law.miami.edu/~froomkin/discourse/ils.pdf

· Pew Internet and American Life Project,
http://www.pewinternet.org/

· Wikipedia, The Free Encyclopedia, The Blogosphere,
http://en.wikipedia.org/wiki/Blogosphere

jeudi, avril 14, 2005

Notre mini mémoire: les weblogs

Beaucamp Aurélien
Provost Marjolaine
4ème Année - Politique, Société et Communication
Sciences Po Bordeaux


Les weblogs: un phénomène de société
*
Face à l'usage répandu de l'internet dans les sociétés occidentales, il nous a semblé légitime d'évoquer un sujet peu abordé, à savoir l'utilisation massive des blogs internet. Il nous a aussi paru opportun, afin d'illustrer notre recherche, de créer notre propre blog et de l'utiliser comme support de présentation pour notre travail.
Nous avons décidé de permettre aux internautes consultants notre page blog de réagir et d'émettre des commentaires. Nous vous invitons à répondre à nos billets, à nous faire part de vos critiques, et le cas échéant de vos corrections!